Aujourd’hui, un nombre croissant de dirigeants ont compris que la création d’une culture data est la clé de voûte de la performance de l’entreprise, qui va impulser une stratégie efficace d’archivage de données, pour améliorer les prises de décisions. 

En effet, prendre une décision fiable, de manière plus rapide constitue un atout concurrentiel, qui va impacter positivement tous les services d’une entreprise : logistique, supply chain, marketing, SAV… 

3 axes majeurs pour développer cette culture data : 

1- Formation et programme de sensibilisation 

L’ère du numérique impose aux entreprises d’exploiter de manière « intelligente » la data pour restructurer leur organisation en profondeur et ceci pour créer de nouvelles opportunités et augmenter leur efficacité. 

LUCA, l’entité de Telefonica spécialisée dans les solutions data-driven, a mis en place un programme complet de développement de la culture data science et d’accompagnement au sein des entreprises. Une transformation culturelle qui concerne toutes les équipes : direction, commerciales, techniques.

Sodexo, multinationale française de 425 000 employés dans 80 pays a bénéficié du programme LUCA. 60 employés de fonctions variées ont été sélectionnés et formés pendant 5 mois ; et une culture axée sur les données a été diffusée sur les cinq continents où opère Sodexo.

En octobre dernier, lors du LUCA Innovation Day, un rendez-vous annuel dédié au Big Data, le top management de BBVA a présenté son programme pour sensibiliser à la culture de la data ses collaborateurs. Objectif : former à la culture des données 2100 professionnels dans 7 pays en 3 ans, en recrutant de nouveaux talents qui vont renforcer les compétences en place, pour une nouvelle méthodologie de travail, plus agile.

Selon Alejandro Valladares, représentant BBVA, pour évoluer dans l’ère du Big Data, « la clé est le talent »… 

De son côté, Carrefour a initié la formation de 2500 managers à l’ère du numérique. C’est au campus high tech de la nouvelle Retail Business School à Dubai que ces responsables appréhendent les nouveaux enjeux du digital : amélioration du parcours client, optimisation des prix, marketing prédictif…

  

2- Refonte de la gouvernance 

Sephora, la Redoute, OUI.sncf : leur mot d’ordre ? Réinventer leur modèle grâce au digital. 

Ces trois entreprises s’inscrivent dans une dynamique de changement grâce à la transformation digitale de leur modèle historique. 

En 2018, OUI.sncf a créé une direction « gouvernance et démocratisation de la data ». L’objectif : répertorier tous les métiers « data » puis initier un programme d’acculturation digitale à travers des « data days » pour permettre aux salariés d’échanger entre eux… 

 

3- Création Data Management Plateform (DMP) et exploitation du Big Data

La chaîne française Sephora, véritable précurseur dans la personnalisation de la relation client, va encore plus loin en s’appuyant sur le Machine Learning, un outil d’IA qui permet de prédire les ventes pour doper les performances de sa boutique en ligne. Ce projet « data » ambitieux a mobilisé des experts IT, e-store et data science pour développer un algorithme précis et pertinent (basé sur des données de navigation, transactions et commandes), tel celui évoqué dans l’article Comment accélérer les performances du Retail grâce au Machine Learning ?.

Autre exemple d’entreprise qui a réussi son pari numérique, La Redoute. La transformation digitale lui a permis de « renaître »… En plaçant la data au cœur de l’entreprise, La Redoute s’est lancée dans une profonde restructuration de son organisation : création d’une équipe « Data » avec de nouveaux postes, création d’une DMP pour conduire les actions Marketing à mettre en place. Une organisation data driven où la culture des données est au cœur des changements. 

Et vous, qu’avez-vous initié pour engager votre transformation digitale ?

 

Pour aller plus loin :

• Six things you need to get right for a data science culture

• Data : un défi bien plus culturel que technique

• Les défis de la prise de décision à l’ère du Big Data

• How to build a data science dream team

• Carrefour’s new school will train 2,500 managers for the digital age of retail