80 % des entreprises qui gèrent à la fois un site E-commerce et un magasin physique constatent un impact positif de leurs sites internet sur leurs boutiques physiques (contre 56 % en 2016 et 65 % en 2017)*. Le duo commerce de proximité et digital forme une alliance de choix pour le Retail ! 

Le géant de la lingerie Etam en est l’un des meilleurs exemples. La chaîne de magasins a lancé un ambitieux projet de transformation numérique visant à mieux anticiper les ventes et à personnaliser au maximum l’expérience client. La data a ainsi permis à l’enseigne de détecter les produits d’appel qui font office de « déclencheurs » d’achat et qui sont, le plus souvent, générateurs d’achats multiples. Ces leviers de ventes additionnelles sont ainsi mis en avant dans les vitrines et sur les écrans dont sont équipées les boutiques.

De manière générale, l’exploitation des données aura permis à la marque de connaître très précisément sa cible : par exemple, Etam sait aujourd’hui qu’une cliente « fait entre quatre et cinq visites sur le site Internet dans les deux semaines qui précèdent un achat en magasin ». Objectifs : réduire ces visites avant conversion pour développer les résultats.

L’enseigne a notamment testé des dispositifs novateurs dans sa boutique des Champs-Élysées, qui regroupe Etam et la marque de vêtements Undiz. On y trouve des bornes connectées, sur lesquelles le client peut choisir un produit et le recevoir quelques instants plus tard, d’une manière plutôt surprenante : l’article voyage jusqu’à lui à bord d’une capsule qui passe par des tubes traversant le magasin. Les cabines d’essayage ont également été équipées de tablettes permettant au client de commander un vêtement dans une autre taille, ou un tout autre produit, et de se le faire apporter directement par un vendeur. L’impact sur le taux de transformation et la constitution du panier de cette « gamification » du process de vente est qualifié de « sidérant » par le directeur de l’innovation d’Etam !

Chez les acteurs de la grande distribution aussi, des solutions digitales s’affichent dans les points de vente physiques. Gestion de stocks, statistiques de ventes, pricing en temps réel… SES-Imagotag, numéro un mondial des étiquettes électroniques, est plébiscité par Carrefour, Casino, Monoprix, Leclerc, Marks & Spencer… 

Autre exemple très parlant de l’utilisation de la data en point de vente physique : le concept de magasins sans caisse déployé depuis 2018 par Amazon Go, Monoprix (Monop’Easy) ou encore Nike grâce à la très bonne connectivité Bouygues Telecom Entreprises et à LUCA, l’entité de Telefonica spécialisée dans les solutions data-driven. Ces boutiques pas comme les autres sont équipées d’une ribambelle de capteurs et de caméras, capables de détecter les produits saisis par le client et de les ajouter à un panier virtuel. L’acheteur n’a plus qu’à franchir les portiques à la sortie du magasin pour être débité automatiquement, via un moyen de paiement qu’il aura préalablement paramétré dans l'application du magasin. Facilité, rapidité d’usage, tout est mis en œuvre pour satisfaire le client pressé et lui donner envie d’acheter toujours davantage.

 

Pour aller plus loin :

• Bilan 2018 du e-commerce en France

• Big Data : les dessous du projet d'Etam

• Etam et Undiz dévoilent un flagship connecté sur les Champs-Elysées

• Le magasin n’est pas mort, il se transforme et roule en smart

• Le magasin sans caisse Amazon Go s’ouvre au public

• Retail : transformation digitale et nouveaux usages avec Leroy Merlin

• Nike annonce la fin des caisses : comment le très haut débit accompagne Nike dans sa transformation digitale

• LUCA Messaging: Nike – 50% discount promotion campaign

• Comment Monoprix s'appuie sur le digital pour lever les trois contraintes du retail alimentaire

 

*Enquête Oxatis : le Profil du e-commerçant 2019 (FEVAD)